dimanche 28 février 2016

5 zines par...

J'ai demandé à des personnes diverses, fanéditeurs, chroniqueurs, blogueurs... ou juste lecteurs, de me citer, parmi tous les fanzines qu'ils ont lus, cinq numéros qui les ont marqués.

On commence cette nouvelle rubrique par mon ami Rigs Meunier (ou Augustin Mordo? Je sais plus), chroniqueur de talent et exhibitionniste à ses heures perdues. Bon, en fait j'avais pas trop le choix, vu 
que c'est lui qui m'a soufflé l'idée à l'oreille.

C'est donc parti pour "5 zines par... Augustin Meunier":

Vidéotopsie 13 : la première fois, c’est toujours important et l’on s’en souvient à jamais. Eh bien pour ma part, mon tout premier fanzine, c’était ce Vidéotopsie 13, en fait reçu en même temps que le numéro quatorze mais étant quelqu’un de particulièrement ordonné (ah ah ah !), j’ai bien évidemment lu tout cela dans l’ordre. Si sur le strict plan qualitatif j’aurais sans doute pu placer le numéro 15 sur la première marche du podium, ce treizième numéro, qui ne m’a certainement pas porté malheur, a donc bien plus de poids sur le plan sentimental. Il est aussi tombé au bon moment pour moi puisque je commençais à ressentir, avant de le lire, une certaine lassitude, l’impression de m’approcher du sommet de la montagne. Si j’étais conscient que je n’avais jamais vu et que je ne verrais jamais tous les films d’horreur existants, j’avais la sensation d’avoir un assez bon point de vue du panorama et que les surprises, les nouvelles terres, se feraient rares à explorer. C’est à cet instant que David Didelot est venu souffler les nuages obstruant mon champ de vision, histoire de me faire découvrir de nouvelles hauteurs à escalader. Mais aussi une autre manière de vivre sa passion, de la communiquer aux autres, d’assumer son avis et d’oser se mettre en marge des opinions dominantes sur certaines œuvres généralement traitées avec dédain. Ce numéro 13, avec son gros dossier sur le Caligula de Bruno Mattei et ses reviews de VHS improbables (voir les reviews de ces bidules improbables que sont Zuma et The Killing of Satan, tous deux chroniqués par Didier Lefèvre), m’a ouvert de nouveaux horizons tout en me replongeant dans l’univers des vidéoclubs, que j’ai malheureusement trop peu connu. Il a certainement tracé un chemin que je me plais à suivre et qui a, je le pense, beaucoup apporté à mon quotidien. 

Médusa Fanzine 18 : là encore, c’est pas forcément le numéro auquel les gens penseraient immédiatement, je suppose qu’ils mettraient plutôt en avant les derniers sortis, comme le 25 ou le 26. Mais ce numéro 18 est le premier que j’ai lu et encore une fois, ça marque. Et même sans ce détail, je le mettrais tout de même à la deuxième place du podium car en s’attaquant à un spécial Charles Band, Didier m’a particulièrement ravi. Non pas parce que je suis un fan invétéré d’Empire ou de Full Moon, dont j’aime les productions sans être un aficionado (il y a tout de même beaucoup de merdes dans le lot !), mais parce qu’encore une fois son zine m’a transporté dans un univers très visuel, rempli d’affiches, de vieilles VHS représentant des vampires en mauvaise santé, des cousins dégénérés des Gremlins sortant des chiottes ou des robots mal assemblés. Vous voyez les vidéoclubs des années 80 qu’on voit dans les films, genre Meurtres en VHS ? Ben ce numéro 18 me propulse dans cette délicieuse ambiance, en plus d’avoir bien évidemment un réel intérêt au niveau des écrits, bien entendu, car Didier et sa team arpentent les locaux de Charles Band avec leur habituel franc-parler. Un numéro à part pour Médusa, donc, car forcément moins centré sur les délices d’Europe, mais indispensable ! 
    Everyday is Like Sunday 5 : impossible pour moi de ne pas placer un zine de la Besançon Connection tant je me retrouve dans l’esprit qui anime ces mecs et leurs zines (La Fraicheur des Cafards, Cathodic Overdose et je rajoute Zone 52, même si le vieux Grima est pas du coin, l’esprit est le même selon moi). Tu sais tout de suite quand tu ouvres un fanzine de Besançon, car on retrouve un phrasé punchy, sincère, direct mais travaillé, allié à un aspect visuel très recherché. On sent quand on ouvre une de ces revues que le fanzinat et la subculture « bis » représentent plus qu’un hobby mais quasiment un style de vie. En cela, Everyday is Like Sunday de Sam Guillerand représente ce style BISontin à la perfection : chro rentre-dedans, tofs collées dans tous les coins, mélange des univers (ciné, BD, zikmu),… Tout ce dont on a besoin pour passer une bonne petite soirée, quoi ! D’ailleurs, on repère vite un bon fanzine lorsque l’on passe une bonne heure à juste le regarder, sans en lire une ligne, juste à mater ses jolies courbes… Everyday is Like Sunday number five est de ceux-là ! Les numéros suivants sont d’ailleurs tout aussi bons et j’attends avec impatience le huitième, si Nasty Samy se loupe sur celui-là, je me fais tatouer un Shredder sur le bras pour faire la nique à la Tortue Ninja qu’il a de tatouée sur le biceps ! 

    Cannibale Fanzine 4là encore, un zine du tonnerre, et si je choisis le quatrième numéro précisément, c’est parce qu’il contient un long et incroyable entretien avec Alain Petit, qui revient sur ses liens avec Jess Franco. Passionnant, et le mot est faible car on tient là une interview comme on en croise rarement : naturelle, précise, approfondie... 
    Ptet bien la meilleure qu’il m’ait été donné de lire. Tout le reste du numéro pue la classe aussi, d’une part parce que les maquettistes de la revue savent comment faire fondre un œil, d’une autre car les sujets traités envoient du bois, à l’image de ces belles chroniques sur le bis mexicain. Cannibale Fanzine, un Havre de paix pour le bisseu, qui s’y sent plus que bien ! 

    Le Bissophile 6en bon fan du slasher que je suis, difficile pour moi de passer sous silence le réjouissant Bissophile 6, qui résume la vague de maniaques agités de la lame sous le nom « Psycho-killer ». Même si je considère que Slasher et Psycho-Killer ce sont deux courants bien distincts qui ont moins à voir que l’on pourrait le penser (les deux sont pensés de manières totalement différentes), je dois dire que je prends mon pied dans ce gros dossier qui revient sur la plupart des pelloches du style éditées jadis en VHS et que je me plais à me perdre entre ces colosses masqués et ces petits pervers aux rasoirs affûtes.  Même si après on trouve une grosse partie dédiée au porno et que ce genre ne m’intéresse que lors des quelques minutes nécessaires à faire jaillir l’arc-en-ciel, je me rattrape bien avec les dernières pages du zine, consacrées au kung-fu, idéales pour se durcir les muscles tout en lisant. Bref, un fanzine top, géré par un Rodolphe Laurent ne mâchant jamais ses mots et que vous ne risquez pas de voir offrir un anulingus à un bonzaï. Car la langue de bois, il ne connait pas, et c’est forcément réjouissant !  

    Un grand merci à Augustin. Retrouvez ses chroniques régulières de fanzines sur son site Toxic Crypt.

    samedi 13 février 2016

    Bricolage Radical. Un fanzine qui raconte les zines



    Si sur ce blog je vous parle en majorité de fanzines ciné il n'est pas interdit de temps en temps de déborder un peu du sujet. C'est le cas ici avec le zine musical, qui par ailleurs, tient une place importante dans le fanzinat. Si on devait faire le compte des publications de ce type on arriverait certainement à un nombre encore plus important que les zines ciné.
    C'est pour ça que je partage avec vous ce projet qu'est Bricolage Radical porté par Samuel Etienne, spécialiste des fanzines musicaux.
    Bricolage Radical sera un essai sur les zines et se présentera donc comme un fanzine en 4 parties et peut-être au final, espérons-le, un livre.
    Le premier volume est prévu pour avril, les suivants arriveront respectivement en juillet, septembre et novembre 2016.

    Pour plus d'infos et participer à ce projet rendez-vous sur Ulule.

    vendredi 5 février 2016

    Festival Offscreen: édition spécial fanzines de la Microboutiek

    La Microboutiek, une initiative du Cinéma Nova, est un point de diffusion de livres, CD, fanzines, BD, DVD, K7 et autres objets de micro-édition. Riche en curiosités et perles rares, la Microboutiek s’installe à intervalles réguliers dans le bar du Nova.
    À l’occasion du festival Offscreen, en plus de proposer sa sélection habituelle, la Microboutiek étoffe son choix de fanzines de cinéma de genre belges, français et néerlandais : Darkness, Médusa, Vidéotopsie, Torso, Trash Times, Zone 52, Euro-Bis, etc. Venez donc y faire un tour pour apporter du sang neuf à votre bibliothèque cinéphilique !

    Cinéma Nova, rue d'Arenberg 3, 1000 Bruxelles.
    Ouvert dimanche 06 mars, dimanche 13 mars et jeudi 17 mars.